Coutumes Québécoises Gastronomie québécoise Les saisons au Québec Printemps Spécialités culinaires

Sucrerie « La belle époque »

Écrit par Cindy Chou
Comment? C’est déjà cette période de l’annéeon va se sucrer le bec dans les cabanes à sucre? J’ai l’impression de ne pas avoir vu le temps passer… Il y a encore un peu de neige partout autour de nous (une petite tempête de printemps provoque le désarroi des québécois au moment où j’écris ces lignes) comme si le temps avançait tout doucement, le printemps prend son temps et moi aussi. Depuis que nous sommes au Québec, nous avons testé plusieurs cabanes, j’ai été quelque peu surprise devant l’ampleur de la chose, des tables de 50 personnes et des dizaines de tables dans la cabane, ça fait un peu usine à cochons. Je suis très attachée aux traditions et au terroir, et je chercherais une petite cabane authentique, je l’ai repérée au printemps 2012 sur le blog Tohu Bohu et nous y sommes enfin allé ce samedi, il était temps!

C’est une vraie cabane au fond du bois, le propriétaire Michel Gagnon nous accueille chaleureusement à l’entrée et dès qu’on entre dans la cabane on sent les bonnes odeurs du repas à venir. C’est une cabane familiale qui acceuille 50 couverts pour le dîner (soit le repas du midi) et le souper (le repas du soir). Le repas est servi à 12h30 mais on doit attendre quelques retardataires qui se font désirer avant de pouvoir s’attaquer au menu.
D’ailleurs en parlant de menu, c’est un grand classique pour l’entrée : salade de choux, betteraves et pickles marinés, soupe de fèves, et surtout les crêtons (en France on appelle ça du pâté), honnêtement c’était le meilleur crêton que je n’ai jamais mangé, il était bien équilibré en viande et en graisse (opération difficile).
Ensuite les plats principaux : La purée de pommes de terre, la fantastique omelette (aérienne et gratinée, what else?), du jambon, des fèves au lard. Et en dessert une tarte au sucre (moi qui n’aime pas trop le sucré, je raffole de ces tartes au sucre), et des crêpes/gaufres/beignets, un régal mais à ce stade du repas, nos ventres sont déjà prêts à exploser, c’est le temps d’aller prendre une petite marche à l’extérieur.
Quoi vous n’avez plus faim? Allez… laissez vous tenter par une petite tire à l’érable…
Si vous avez envie d’aller aux toilettes il vous faudra aller dehors, juste derrière la cabane et surtout n’oubliez pas de tirer la chasse (vous comprendrez cette private joke quand vous irez à la cabane, un peu de suspens…).
La cabane est bordée par une érablière, dont la sève est récoltée grâce aux tuyaux bleus accrochés aux arbres. C’est cette sève qui sera concentrée plus tard pour donner du sirop d’érable.
Et voilà, notre séjour à la cabane est terminé. Nous rassasiés pour l’année qui vient, et nous avons hâte de tester une prochaine cabane! 
Et vous chers lecteurs, quelle est votre cabane à sucre préférée? Est-ce une tradition québécoise que vous appréciez?

Informations supplémentaires:
792, rang Fleury à Saint-Bernard-de-Michaudville
450-792-2031 (Réservez au moins un mois à l’avance, la cabane est victime de son succès)
Ouvert pendant le temps des sucres (mars – avril), les samedis et dimanches.

À propos de l'auteur

Cindy Chou

24 Commentaires

Leave a Comment

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.