Maman au Québec Montréal

Mon début de grossesse cahotique au Québec

Écrit par Cindy Chou

Pas besoin de nous expliquer comment on fait les bébés, ni comment faire pipi sur le bâton ça on sait très bien comment faire. Voilà, j’ai fais pipi sur le bâton… OULALA… le résultat est positif, c’est fantastique!!! Mais euhh… on fait quoi maintenant?? Une fois que l’on a appris que le bébé chou était en route, nous avons eu une sorte de prise de conscience qui nous a frappé en pleine face. C’est quoi les étapes au Québec? C’est quoi une maison de naissance? Un accouchement naturel ou médicalisé? J’ai décidé de m’informer, et j’ai lu beaucoup de blogs de françaises qui ont accouché au Québec mais en fait, les explications ne me convenaient pas… Il manquait des informations, des détails importants, j’étais perdue, je commence par quoi du coup? Je n’avais toujours pas la réponse à ma question, c’est pour cela que je considère ce début de grossesse cahotique. Je ne voulais pas en parler avec mes amies françaises qui ont déjà eu des bébés au Québec, parce qu’au début j’avais peur, enfin c’est un euphémisme, j’étais tétanisée à l’idée de perdre le bébé chou… Je voulais pas créer de fausses joies dans mon entourage, je n’aurais pas réussi à supporter le contre-coup, car j’étais dans une période si fatigante de ma vie de doctorante (voir l’article bilan). J’ai lu les guides pratiques des hôpitaux, des livres, et des témoignages sur des forums, pris rendez-vous avec une infirmière qui m’a aidé à me débrouiller au début. Je vous livre aujourd’hui quelques conseils précieux que j’ai glané ici et là, des quelques copines à qui on a osé le dire, de mon groupe de mamans!

1/ Où faire son suivi d’accouchement?

La première chose à faire,  c’est de savoir dans quel lieu on souhaite faire son suivi médical. Il faut le faire le plus vite possible pour être sûr d’avoir une place, il y a plusieurs choix au Québec :

  • À l’hôpital : Renseignez-vous auprès de votre CLSC pour savoir quels gynécologues pourraient faire votre suivi proche de chez vous. Sinon, il suffit de trouver le numéro du service de gynécologie de l’hôpital de votre choix, ou d’appeler directement les gynécologues qui y travaillent (les listes sont disponibles sur leurs sites internet). Pour ce choix-ci, on va privilégier le choix de l’hôpital en fonction de sa réputation, de quelques critères obscures qui vont expliquer si c’est un bon hôpital pour accoucher, mais surtout de son emplacement!! Je vous conseille de prendre l’hôpital le plus proche de chez vous, devoir faire 45 min de taxi, un soir de tempête de neige pour accoucher… Ce n’est pas l’idéal! À noter que pour la plupart des hôpitaux presque tous les frais sont couverts par la RAMQ, sauf peut-être quelques tests, mais ça pourrait être pire! + : Qualité de l’hôpital, et côté pratique. 
  • En clinique : Le suivi est identique à l’hôpital sauf que l’on doit tout payer… Parfois on a pas le choix s’il n’y a pas d’hôpital proche de chez nous. En général, comme les services en cliniques sont payants, je dirais qu’il y a moins d’attente qu’à l’hôpital, et les analyses peuvent être plus poussées ou des échographies de meilleure qualité, c’est normal puisque vous payez, on vous chouchoute un peu plus. Heureusement que les assurances remboursent les frais (80% dans la plupart des cas). + : service supérieur au gratuit, mais $$.
  • En maison de naissance avec une sage-femme : Alors là c’est complètement différent, la sage-femme ne suit que quelques femmes durant la grossesse. L’approche est plus personnelle, et moins médicale. Ce type de suivi est réservé aux grossesses sans risques. Accouchement en maison de naissance, à domicile ou à l’hôpital selon votre choix. Cependant, beaucoup de femmes trouvent ce choix idéal, et peu de sage-femmes sont disponibles c’est pourquoi il y a souvent pas mal d’attente avant de pouvoir trouver une sage-femme. + : Accouchement naturel, et personnalisé.

Dans notre cas, nous avons opté pour un suivi à l’hôpital car c’était gratuit (et que no way je ferais un accouchement naturel, je veux une péridurale, merci bonsoir) et que surtout l’hôpital est à deux minutes à pieds de mon lit… Nous avons appelé l’hôpital le plus proche de chez nous, qui s’avère être un des meilleurs hôpitaux pour le suivi de grossesse au Canada. Généralement très prisé, et réservé aux grossesses difficiles… J’ai appelé et j’ai une place sans problème, pas la peine d’essayer d’empirer mon état de santé, ou de faire une échographie de datation au préalable comme j’avais pu le lire. J’étais à 6 semaines de grossesse lorsque j’ai appelé, et le premier rendez-vous a été fixé à 12 semaines (l’attente la plus dure de toute ma vie)!!! Je vous ferez un résumé détaillé pour expliquer comment se déroule mon suivi à Sainte Justine.

Cependant, je vous conseille d’aller voir un médecin généraliste le plus tôt possible, et ne pas attendre le premier rendez-vous de suivi. Cela vous permettra de vous faire prescrire des vitamines de grossesse, et du Dicletin aka la drogue de la femme enceinte. Le diclectin diminue les nausées!!!! Alléluia!!! Les vitamines de grossesses sont importantes, surtout quand vous mangez comme un cochon à cause de vos nausées. Pendant une semaine, la seule chose que j’ai voulu manger c’était des frites…

2/ Ne pas attendre le premier rendez-vous pour lire le “Mieux vivre” – Section grossesse

Le mieux-vivre est bien connu au Québec, c’est un pavé de plus de 300 pages qui vous donne toutes les informations que vous avez besoin de connaître sur votre grossesse : quoi manger? quoi faire quand on est malade? comment se déroule le suivi? Ce guide permet de se rassurer et d’en apprendre plus sur le suivi de la grossesse au Québec. Le problème, c’est qu’on le reçoit au premier rendez-vous qui se fait vers entre 11 et 13 semaines à la fin du premier trimestre… Bande de nouilles, c’est au début qu’on en a le plus besoin!!!! Voici donc un mieux-vivre version électronique qui m’a été donné par la meilleure dentiste du monde! Cliquez ici.

3/ S’informer sur la grossesse 

Une fois que vous avez trouvé votre lieu de suivi, il faut savoir qu’au Québec, entre le pipi sur le bâton et le premier rendez-vous il n’y a rien!!! Si vous êtes en grossesse à risque avec historique de fausses couches, vous aurez des échographies plus tôt mais sinon vous allez rester dans le noir, le doute, et l’attente pendant 3 longs mois… Je vous conseille de parcourir le mieux-vivre, qui est un bon début mais il est loin d’être complet. J’avoue… Nous avons craqué et acheté un petit ultrason portable que nous avons utilisé quelques fois… À n’utiliser que si vous êtes ok avec le fait que vous risquez de ne pas entendre votre bébé! Voici quelques suggestions de lectures, pour vous informer encore plus sur votre nouvelle condition :

  • Des livres : Un livre que je conseille est : Votre grossesse au jour le jour” de l’auteure Regan Lesley, qui est québécoise et qui parle donc du suivi au Québec (Livre disponible à la BaNQ). Mon préféré est « La grossesse jour après jour » de Larousse, cette fois-ci c’est un livre français, alors il y  a des choses qui n’appliquent pas au Québec, mais le livre est excellent (selon moi-même). Ces lectures vous permettrons d’en apprendre plus sur le développement du bébé, pourquoi on fait tous ces tests, ect.
  • Des applications : Un autre moyen de s’informer est d’utiliser des applications pour téléphones intelligents (c’est toujours mieux si c’est en français). Il y a Bumpfie qui donne des informations aux semaines, et permet de prendre des selfies du bedon. Et aussi Grossesse +, qui devient payante au bout de 12 semaines, l’application est très complète. Ces deux applications ont été développées en Amérique du nord et pas en France ce qui évite des malentendus sur le décompte des semaines de grossesse…
  • Des sites internets : Un des meilleurs site que j’ai pu lire, est le site québécois Naître et Grandir. Il y a aussi Maman pour la vie, qui est bien également. Ces deux sites fourmillent d’informations sur la grossesse, et le dévelopement des enfants. Il y a tout ce dont on a besoin de savoir. Les articles sont écrits dans le but d’informer les gens, et peuvent être un peu chiant à lire si on passe ces soirées dessus. Pour des articles plus décontractés, et plus personnels il y a bien sûr l’excellent blogue TPLMoms.

4/ Trouvez du soutien auprès d’un groupe de mamans facebook secret

Vous avez surement des copines qui sont passées par là, mais vous avez des millions de questions sans réponses, vous doutez et vous angoissez (et si son coeur bat pas? mon ventre a rétréci de 0.1 mm… mon pelvis me fait mal…). Le meilleur conseil qu’on m’a donné pendant tout le début de cette grossesse (Merci Caro!) a été de m’inscrire dans un groupe de mamans via le site de maman pour la vie. Ce site québécois possède un forum, dans la section grossesse, il y a des discussions pour chaque mois avec des groupes secrets pour les futures mamans. Le fait que le groupe soit secret vous permet de le cacher des vilains petits curieux sur facebook. Ce groupe a été ma bouée de sauvetage, je peux honnêtement dire que j’aurais vécu une grossesse terriblement angoissante si le groupe n’était pas là. Alors je vous le recommande plus que vivement! Qui sait, peut-être que des amitiés vont se tisser et que je ferais des sorties avec certaines d’entre elles quand bébé chou sera là! Pas contre essayer de focaliser votre attention sur un groupe québécois ce sera plus facile de tisser des liens et de discuter de vos attentes. Au début j’étais dans un groupe avec beaucoup de françaises et je dois avouer que je trouvais ça moins intéressant.

5/ Profitez des rabais pour acheter les affaires de bébé, et acheter du seconde main

Il se peut que vous ayez plein de contacts autour de vous qui vont revendre des affaires. Je me suis inscrite sur plusieurs bazars de parents sur facebook à l’affût des bonnes occasions, mais aussi sur le site de vente de particuliers Kijiji. Tout n’a pas besoin d’être neuf, cela ne fait pas de vous des parents cheap, cela fait de vous des parents malins qui investissent dans ce qui a besoin d’être investi! Il y a plusieurs choses qu’il vaut mieux acheter neuves c’est sûr, je ferais peut être une liste un jour! Attention à ne pas tout acheter au début non plus, nous avions acheté les affaires les plus chères (Cosy, Moniteur) pendant le black friday, et une poussette d’occasion auprès d’une connaissance. C’était une occasion en or, à ne pas manquer!

Conseil Bonus: Les garderies au Québec se remplissent très vite, et premier arrivé premier servi! Je vous conseille donc de vous inscrire sur le site de la place 0-5, même si bébé n’est pas encore né il sera inscrit sur la liste, ce qui lui confère un certain ordre de priorité comparé à quelqu’un qui ce serait inscrit une fois le bébé né.

Voilà pour mes 5 premiers conseils, vous avez hâte au premier rendez-vous maintenant hein?

À propos de l'auteur

Cindy Chou

2 Commentaires

  • Je passe par les mêmes épreuves et questions que toi. Montréalaise d’adoption, quand le petit + tant attendu est apparu sur le test, la première chose ça a été : mais qu’est-ce que je fais maintenant ? tous mes repères en matière de grossesse (par procuration en plus puisque mes expériences étaient en fait celles des copines) étaient françaises et ici rien n’est pareil. Mais bon, on finit par intégrer la démarche. Si ton ventre est encore en train de grossir comme le mien, je te souhaite une belle grossesse (on se croisera peut-être à Ste-Justine sans le savoir ! ^-^) !

    • Bonjour Pomme, et merci pour ton message! Mon ventre continue de gonfler en effet, car le bébé chou est prévu pour mai 2017! On s’est peut être croisées à Sainte Justine sans le savoir… 🙂

Leave a Comment

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.